SDIS45 Service departemental d incendie et de secours.les sapeurs pompiers au service de la population.png
01.jpg

PROJETS

Renouvellement du système d’alerte

Le site de replis du CTA-CODIS basé au CSP sud

Un feu de forêt, une inondation, une fuite de gaz, un accident de circulation... autant de situations qui requièrent l'intervention rapide et parfaitement coordonnée d'équipes de sapeurs-pompiers, équipés du matériel nécessaire et adapté à chaque type d'urgence.
On imagine bien la difficulté lorsqu'il s'agit par exemple de réunir au plus vite une équipe de sapeurs-pompiers volontaires en pleine nuit, de les munir des bons équipements et de coordonner leur intervention à distance alors que les informations sur le sinistre sont très limitées. Afin de faciliter ces interventions et d'en améliorer l'efficacité, le SDIS du Loiret, via son schéma directeur des systèmes d’information en 2006, a mis en avant la nécessité de renouveler son système d’alerte.

Pour ce faire, l’année 2007 est consacrée à la recherche d’un assistant à maîtrise d’ouvrage permettant aux services du SDIS de bénéficier d’une expertise technique et organisationnelle tout au long du projet. La société CAP CONSULTING est retenue à l’automne 2007. Le premier semestre 2008 est consacré à un audit de l’existant et plusieurs acteurs du SDIS sont interrogés tant sur leurs pratiques que leurs besoins futurs. Dans ces réunions, on y parle « technique » , à la fois radio, téléphonie, informatique, etc. mais aussi d’éléments fonctionnels : opérateur CTA, alerte au niveau d’un centre…

Le recueil des besoins terminé, le SDIS du Loiret rentre dans une nouvelle phase, celle des marchés publics. A la suite d’une série d’entretiens avec différentes sociétés, le SDIS a retenu la société SIS en juin 2010. Le 1er janvier 2011, le top départ est donné pour 18 à 24 mois de travail intense. Le renouvellement du système d’alerte touche un grand nombre de domaines : la téléphonie, les réseaux informatiques, la cartographie opérationnelle, l’engagement des moyens, la gestion de la disponibilité au sein des centres. En parallèle, des réflexions ont été menées sur les modalités d’engagement opérationnel des unités. Combien faut-il de sapeurs-pompiers pour éteindre un feu de voiture ou de maison ? Cette question simple a permis d’harmoniser la réponse opérationnelle quelle que soit la commune, quelle que soit l’unité engagée.

 

 Avec un budget de plus de 3,5 millions d’euros, c’est l’un des projets phares du SDIS45, marquant la volonté de la gouvernance de s’engager vers le futur. A ce jour, la date de mise en service d’ARTEMIS est prévue au cours du mois de mars 2013. 

 

Une nouvelle caserne pour les sapeurs-pompiers de Pithiviers

D’ici la fin du 1er semestre 2013, les 70 sapeurs-pompiers du centre de secours principal (CSP) de Pithiviers prendront leur garde dans des locaux flambant neufs.

 Vue de l'avancé des traveaux du CSP Pithiviers depuis la tour de manoeuvre

Un projet mûrement réfléchi

Rares sont encore les centres d’incendie et de secours au cœur des centres-villes. Après 35 années passées au 2 avenue du Maréchal Berthier, le futur centre de secours principal de Pithiviers déménagera au 1er semestre 2013 dans la zone d’activité de Senives. Situé entre les rues Jean-Monnet et Olympe-de-Gouge, cette implantation sera stratégique pour les départs en intervention. Les « obstacles » seront considérablement réduits au nord de la ville puisque les sapeurs-pompiers ne se soucieront plus de l’école primaire à proximité lors des sorties de véhicules, des festivités locales ou de la densité de circulation du centre-ville. L’accès direct à la nouvelle déviation sera également un gain de temps non négligeable.

Les premières démarches de ce projet ont débuté en 2001 et l’acquisition du terrain en 2008. La parcelle de 20 000m2, cédée gracieusement par la Ville de Pithiviers au Conseil général du Loiret, accueillera les 39 sapeurs-pompiers professionnels et les 31 volontaires dans une structure opérationnelle de « dernière génération ».

 

L’infrastructure sera divisée en 4 zones :

  • Une zone administrative : bureaux, salles de formation, etc.
  • Une zone opérationnelle : remise pour les engins, dont une partie spécialement dédiée aux véhicules de secours à victimes.
  • Une zone de vie : salle de restauration, foyer, chambres de garde, etc.
  • Une zone technique.

Ce projet de construction sera le fruit d’un travail collaboratif entre le cabinet d’architecte Ivars et Ballet et l’ensemble des sapeurs-pompiers. Leurs besoins et leurs envies ont été étudiés puis intégrés, en gardant à l’esprit la notion de développement durable. Cet engagement environnemental se traduira par la mise en place de géothermie, d’une toiture végétalisée, de chauffe-eau solaire et d’un bâtiment basse consommation.

Sauf intempéries durant l’hiver, le futur CSP de Pithiviers sera opérationnel avant la fin du 1er semestre 2013.

Au total, ce programme bâtimentaire est estimé à 13,634 millions d’euros.

 

Un partenariat efficace

Après la construction du centre de secours de Sully-sur-Loire, c’est la 2è fois que le SDIS du Loiret travaille en étroite collaboration avec les services du Conseil général du Loiret pour mettre en oeuvre un projet d’une telle ampleur. Dans ce cadre, chaque institution tient un rôle bien précis : le SDIS du Loiret pilote le projet aux cotés du Département qui reste le maître œuvre. L’expérience en matière de construction du Conseil général allié à l’expertise technique du SDIS est une combinaison qui a déjà fait ses preuves et est donc fiable pour les projets à venir.

 

L’activité du CSP de Pithiviers

Pithiviers est l’un des 6 centres de secours principal (CSP) du Loiret. Si la ville compte environ 10 000 habitants, le secteur opérationnel défendu par le CSP englobe quant à lui une population de 24 000 habitants répartis sur 22 communes. En moyenne, le centre assure 1 500 interventions chaque année, dont 75% de secours à personnes.

Bien que l’environnement soit qualifié de « rural », de nombreux axes routiers et autoroutiers à fort trafic traversent le secteur. Les différentes zones industrielles regroupent d’importantes entreprises (Sucrerie, Malterie, pôle chimique, etc.) dont une usine classée SEVESO.

Ces risques très variés font du CSP un maillon incontournable des secours de premier appel pour la zone nord du département. 

 

Haut de page