volontaire.png
SDIS45 SPV 1500x490.jpg

Les sapeurs-pompiers du Loiret en renfort dans le Calvados

Les sapeurs-pompiers de la colonne posent avant de partir

 

Les chutes de neige importantes tombées notamment dans la Manche et le Calvados ont paralysé la circulation de nombreux axes routiers dans le Nord et l’Ouest de la France. Les niveaux d’alerte inédits dans ces départements ont créé des situations qui nécessitent des moyens humains et matériels dont les départements ne disposent pas nécessairement en temps normal. Habitués à prêter mains fortes dans ces situations d’urgence (catastrophes, feux de forêts estivaux, etc.), les sapeurs-pompiers du SDIS du Loiret se sont immédiatement mobilisés pour venir en aide aux naufragés de la route normands.

 

22h30 lundi 11 mars : le centre opérationnel départemental d'incendie et de secours du Loiret (CODIS 45) reçoit un appel du centre opérationnel de zone (COZ) situé à Rennes sollicitant une demande de renfort en raison des intempéries. La demande porte sur des besoins matériels, des véhicules de transport de personnels (VTP) et un véhicule de liaison hors route (VLHR).

1h30 mardi 12 mars : un second appel du COZ au profit du SDIS du Calvados précise au Capitaine Nicolas BOUBAULT, officier CODIS, les moyens exacts demandés en renfort : 4 camions citernes feux de forêt (CCF) comprenant chacun 1 chef d’agrès et un conducteur ainsi qu’un véhicule de liaison hors route (VLHR) avec un chef de groupe et un conducteur. La colonne comprendra donc 10 sapeurs-pompiers professionnels et volontaires et 5 engins. Le Lieutenant Frédéric DUH sapeur-pompier professionnel au CS Beaugency commandera cette colonne.

« Nous ne désarmons pas le département, nous sommes en mesure de renforcer les effectifs du Calvados et d’envoyer du personnel et des engins sans affecter la qualité des secours dans le Loiret »,  indique le Capitaine Nicolas BOUBAULT.

La colonne part du CSP Nord

2h30 mardi 12 mars : le Lieutenant Frédéric DUH du CS Beaugency, l’Adjudant-chef Dominique HUILLET du CSP Orléans Nord, le Sergent-chef Philippe COULANGES du CSP Orléans Sud, les Sergents Laetitia MAZINGUE du CSP Orléans Nord, Michael LEFRESNE du CS Chevilly et Cédric SAINTON du CS Meung-sur-Loire, les Caporaux-chefs Alain DORET du CS Meung-sur-Loire, William HAVEZ du CSP Orléans Nord et Thimotée FURET du CS Chevilly, le Sapeur Florent GOURDY du CSP Orléans Sud arrivent avec les engins au centre de secours principal d’Orléans Nord à Fleury-les-Aubrais.

 La colonne se prépare à partir

3h30 mardi 12 mars : les préparatifs sont terminés, la colonne part pour un renfort initial de 24h sous le commandement du Préfet du Calvados. La colonne dispose des ressources suffisantes en eau et en nourriture pour être entièrement autonome durant ces prochaines 24h. Si besoin, la colonne pourra prolonger son aide sur place à la demande du Préfet.

La colonne prend l'autoroute

10h mardi 12 mars : arrivée de la colonne de renfort à Caen (14). Les conducteurs d’engins et les chef d’agrès sont intégrés aux équipes de la garde du CSP Caen Couvrechef  pour faciliter la  connaissance du terrain. Leurs missions : rapatrier chez elles les personnes accueillies dans la nuit dans les gymnases, et cela en fonction des situations prioritaires de leurs cas. 

« Les opérations se passent aussi bien que possible. Le fait de nous fondre avec des équipes locales est une bonne chose car cela nous permet de nous déplacer rapidement malgré les intempéries. Nous avons été très bien intégrés. L’activité est dense. La fatigue commence à se faire ressentir mais cela ne nous empêche pas de faire notre travail. » indique le Lieutenant Frédéric DUH.

Photo de la colonne sous la neige

16h35 mardi 12 mars : le Lieutenant DUH précise que la situation reste identique : les conducteurs raccompagnent les naufragés à leurs domiciles et les chefs d'agrès sont employés sur des missions courantes dédiées aux feux et aux secours à personnes avec les engins locaux.
La Ministre de l'écologie, Delphine BATHO s'est rendue au CSP de Caen en milieu d'après midi pour rencontrer les services de secours.

Un engin passe dans un chemin au millieu de la neige

13h30 mercredi 13 mars : Les opérations se poursuivent, la colonne est toujours à Caen.

Des voitures bloquées par la neige

Les voitures sous la neige

Des personnes sont transportées dans des tracteurs

8h30 jeudi 14 mars : La colonne de renfort est désengagée et se prépare au retour.

La colonne est en formation pour rentrer

15h15 jeudi 14 mars : Les 10 sapeurs-pompiers et leurs véhicules passent la porte de la remise du CSP Nord. Le Colonel Daniel VASSEUR, Directeur Départemental Adjoint ainsi que la garde du CSP constituent le comité d'accueil. Les retrouvailles sont chaleureuses et malgré la grande fatigue accumulée durant ces trois jours, ils sont contents de nous montrer les photos prises sur place et de nous parler de cette expérience. Le temps d'un café et de quelques mots de félicitation ils repartent. Prochaine étape : le grand nettoyage… des hommes et des engins avant de rejoindre leurs proches.

La colonne aux portes de la remise

Les hommes sortent de leurs véhicules


"Quand nous sommes arrivés, nous étions la première colonne de renfort, Caen était désertique. Le temps s'était arrêté. Personne n'arpentait les rues, les commerces étaient fermés et les véhicules à l'abandon étaient au milieu des routes recouvertes de neige. C'était impressionnant !" Nous confient le sergent-chef Philippe COULANGES  et le caporal-chef Alain DORET. "Nous n'en croyions pas nos yeux ! Nous sommes arrivés là-bas le temps de nous réapprovisionner en essence et de nous mixer aux équipes locales et nous étions déjà repartis. Nous n'avons pris notre déjeuner que tard dans la nuit et nous avons "siesté" vers 1h du matin mais le repos ne durait que quelques dizaine de minutes avant de repartir en inter. C'était de l'urgence à l'état pur ! Les agriculteurs locaux nous ont prêté mains fortes avec leurs tracteurs pour ouvrir des chemins mais il nous est arrivé de passer 1h pour faire… 1 kilomètre. Nous avons du prendre des pelles et creuser pendant 8h pour dégager 150 voitures. Nous étions fatigués mais nous ne nous posions pas de questions, il fallait le faire et nous l'avons fait ! C'est dans ces moments qu'on comprend que nous sommes peu de choses et que c'est la nature qui décide quand elle reprend ses droits…" concluent Alain et Philippe.

L'attroupement pour voir les photos

Visionnage des photos

Le DDA félicite la colonne


"C'était une bonne expérience, le travail sur place était intensif et très varié. Nous sommes éreintés. Nous avons collaboré avec beaucoup d'acteurs des secours telles que les unités d'Instruction et d'Intervention de la Sécurité Civile (UIISC), la gendarmerie, les sapeurs-pompiers locaux... Mais l'organisation était fiable. Chacun connaissait sa place dans la chaîne de commandement et c'est comme çà que les choses avancent dans le bon sens. Les hommes qui m'avaient été confiés étaient tous motivés et très volontaires. A aucun moment ils n'ont économisé leurs efforts ou se sont plaints de la mission qui durait plus longtemps que prévu. Nous sommes rentrés quand les 250 sapeurs-pompiers en renfort sont arrivés mais nous serions restés si le besoin s'était fait sentir !" indique le lieutenant Frédéric DUH.

La colonne est de retour et fait une photo de groupe

 CSP : centre de secours principal
CS : centre de secours

Haut de page