volontaire.png
SDIS45 SPV 1500x490.jpg

Un (faux) scénario catastrophe : 62 victimes et 120 sapeurs-pompiers

Le 1er octobre dernier avait lieu un exercice d’ampleur à St Jean le Blanc faisant de nombreuses victimes fictives et mettant en scène de nombreux acteurs de la sécurité et de la santé. Sur le terrain, 112 sapeurs-pompiers ont répondu présents et 8 ont gréés les postes de commandement (CODIS, PCO et COD). Zoom sur une simulation hors du commun.

 

 

« La volonté du Préfet était de tester les projets de plans ORSEC Nombreuses Victimes (NOVI) et le plan Transport de Matières Dangereuses (TMD) ainsi que les fonctions tenues par chaque acteur lors de ces événements», indique le Commandant Sébastien ROUX, responsable du pôle connaissance des risques et prévision opérationnelle. « La préfecture a affiché sa volonté d’organiser cet exercice dans l’agglomération et non en milieu rural comme c’est souvent le cas et aux heures de pointe » ajoute t-il. A cela se sont ajoutés d’autres critères dont nous devions tenir compte : la participation de l’hôpital régional d’Orléans La Source (CHRO) et le déclenchement de son plan Blanc, la recherche d’une commune au Sud de la Loire disposant d’un Plan Communal de Sauvegarde (PCS) et pour la première fois la participation des Associations Agrées de Sécurité Civile (AASC). « L’idée était vraiment de tester ces 2 plans avant qu’ils ne soient approuvés  et par là même de tester la convention opérationnelle avec les AASC ainsi que l’interaction et la coordination de tous les acteurs, précise le Cdt Sébastien ROUX. Et pour cela, tous ont joué le jeu ! »

 

En amont, le Médecin Chef Erik BOQUET et le Commandant Sébastien ROUX ont participé et construit le scénario avec les services de la préfecture et le SAMU (le nombre de victimes et le nom du produit sont restés secrets). Dès 17 h la circulation est interrompue dans le secteur pour la mise en place des véhicules accidentés. En parallèle, les « victimes » sont maquillées. Top départ à 18h30 : l’alerte est donnée au CTA-CODIS. Le scénario de l’exercice ? Une catastrophe que l’on aimerait à tout prix éviter : un poids lourd transportant un produit chimique est percuté par un véhicule léger. Un car scolaire transportant des collégiens évite la collision avec le poids lourd mais en se déportant il percute un autre véhicule et se renverse 100 mètres plus loin. Le produit se libère dans l’atmosphère et se déverse…

 

Pour jouer le jeu, les organisateurs du groupement Opérations du SDIS ont sollicité les centres d’incendie et de secours du département. De nombreux centres de secours et deux CPI se sont portés volontaires ce qui a permis aux collaborateurs du SDIS de s’entraîner chacun dans leurs domaines de compétences. « Nous devions maintenir la couverture opérationnelle de l’agglomération orléanaise et pour la première fois nous nous sommes entraînés avec le nouveau système d’alerte Artémis et un CTA distant du CODIS » ajoute le Commandant Sébastien ROUX. Le Commandement des Opérations de Secours a été assuré par le Lieutenant Colonel Pascal DAVY. Chaque acteur avait un défi à relever dans cet entraînement !

 

Retour en images sur les moments forts de cet exercice préfectoral.

 

Au démarrage de l'exercice, un briefing des figurants s'impose : les jeunes étudiants en soins infirmiers et les élèves ambulanciers ont pris leur rôle très à coeur.

 

Après la séance de maquillage, les victimes sont installées dans le bus, prêtes à être secourues.

 

Sur le lieu du premier accident "TMD", le véhicule ayant percuté le camion qui transportait des matières dangereuses, les sapeurs-pompiers craignent un risque de pollution et doivent identifier le produit.

 

En quelques minutes, les premiers sapeurs-pompiers arrivent sur les lieux afin de se consacrer en priorité aux victimes.

 

Côté "NOVI", une fois extraites du bus, les victimes sont triées et conduites dans le poste médical avancé (PMA).

 

L'effervescence à l'entrée du poste médical avancé : au final cet entraînement aura fait 62 victimes "fictives" dont 2 morts et 14 blessés graves. Un centre d'accueil des impliqués a été installé au gymnase de la rue Creuse à St Jean le Blanc par les associations agrées de sécurité civile (AASC).

 

Le poste de commandement opérationnel, PCO, (à gauche) s'est installé à la mairie de St Jean le Blanc. Le centre opérationnel départemental, COD, (à droite) était lui installé à La Préfecture du Loiret à Orléans mené par Yann DROUET, Directeur de Cabinet du Préfet.



Le Lieutenant-colonel Pascal DAVY, commandant des opérations de secours (COS) et le SAMU, Directeur des secours médicaux, sont présents au PCO afin de gérer l'opération en interservices en lien avec le Lieutenant-colonel Pierre GAMEL, directeur des opérations de secours (DOS) au COD.

 

"Côté NOVI" : après un bilan réalisé par le Service de Santé et de Secours Médical, SSSM45, et les premiers soins apportés, les sapeurs-pompiers procèdent à la désincarcération pour extraire les victimes du véhicule qui avait percuté le bus.

 

"Côté TMD" : la cellule mobile d'intervention chimique (CMIC) intervient pour effectuer des analyses et décontaminer les blessés.

 

Une décontamination tolérée courageusement par les jeunes figurants...

 

Au poste de commandement de site, les officiers gèrent les moyens engagés et et la situation d'un point de vue tactique sous l'autorité du commandant des opérations de secours (COS) et du chef du poste de commandement de site, le Commandant Benoît COUTELAN.

 

Le Directeur départemental du SDIS 45, le Colonel Jean-François ROCHE et le Directeur départemental adjoint, le Lieutenant-colonel Fabrice CHAUVIN, également mobilisés, étaient présents sur les différents lieux de l’exercice (terrain, PC de site, PCO, CODIS et COD).

 

Fin de l’exercice : il est 2h du matin. Les retours d’expérience ont eu lieu le 15 octobre en interne puis le 18 octobre en Préfecture. Dans l’ensemble le groupement Opérations est satisfait du résultat. Les fonctions ont été correctement tenues par chacun. La bonne concertation entre les acteurs a permis aux primo intervenants de mener les bonnes actions. « Aucun sapeur-pompier n’a été mis en danger, et nous avons noté une bonne utilisation des fiches de tri TANIT mises en place dans les ambulances » se félicite le Commandant Sébastien ROUX.

 

 

Merci à tous les intervenants : 56 engins, 120 sapeurs-pompiers sur le terrain et à distance

Centre de première intervention de St Jean le Blanc
Centre de première intervention de St Denis en Val
Centre de première intervention de Marcilly-en-Villette
Centre de première intervention de St Martin d’Abbat
Centre de secours d'Artenay
Centre de secours de Beaugency
Centre de secours de Briare
Centre de secours de Châteauneuf sur Loire
Centre de secours de Cléry St André
Centre de secours de Coullons
Centre de secours de Jargeau
Centre de secours de La Ferté St Aubin
Centre de secours de Nogent sur Vernisson
Centre de secours de Sully sur Loire
Centre de secours de Vitry aux Loges
Centre de secours principal de Montargis
Centre de secours principal de Orléans Centre
Centre de secours principal de Orléans Nord
Centre de secours principal de Orléans Sud
Centre de secours principal de Pithiviers
Direction départementale

COS : Lcl Pascal DAVY
DSM : SAMU
Chef PC de site : Cdt Benoît COUTELAN
Médecin chef PMA : Eric BLOCH
COD : Lcl Pierre GAMEL et Cne Thomas FLAMANT
PCO Mairie de St Jean le Blanc : Cne Jérémie LACROIX
Officier incendie sauvetage : Cne Romain LHOSTIS
Officier appui DSM : Cne Yohan RAVARD
Spécialité PMA : Cdt Freddy BABIN
Spécialité CMIC : Cdt Paul MALASSIGNE
Officier CODIS : Cdt Bruno MORINEAU

 

Haut de page